Lanceurs d’alerte : Pour que l’intérêt général prime sur les intérêts financiers et politiques

Publié le par Admin.

undefined

Simple citoyen ou scientifique travaillant dans le domaine publique ou privé, le lanceur d’alerte se trouve à un moment donné, confronté à un fait pouvant constituer un danger potentiel pour l’homme ou son environnement, et décide dès lors de porter ce fait au regard de la société civile et des pouvoirs publics. Malheureusement, le temps que le risque soit publiquement reconnu et s’il est effectivement pris en compte, il est souvent trop tard. Les conséquences pour le lanceur d’alerte, qui agit à titre individuel parce qu’il n’existe pas à l’heure actuelle en France de dispositif de traitement des alertes, peuvent être graves : du licenciement jusqu’à la « mise au placard », il se retrouve directement exposé aux représailles dans un système hiérarchique qui ne le soutient pas car souvent subordonné à des intérêts financiers ou politiques.

"Il faut une loi pour protéger les lanceurs d'alerte" : Le Monde revient à travers l'interview d'A.Cicolella sur le cas de son collègue Pierre Meneton, chargé de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui est traduit en justice, jeudi 31 janvier, pour avoir dénoncé le poids des lobbies dans le domaine de la santé[...]