SEL, le vice caché

Publié le par Admin.

Toutes les expertises internationales sont formelles, l'excès de sel nuit gravement à la santé. Pierre Méneton, chargé de recherche à l'INSERM au sein du dépt de Santé Publique et d'Informatique Médicale de la Faculté R.Descartes à Paris, a mis à jour les pressions exercées par des industriels du sel pour minimiser l'importance de ces résultats. Prenant à la lettre sa mission d'information du public, qui figure dans ses fonctions de chercheur, il a dénoncé cette situation. Dans une interview pour le magazine TOC en mars 2006, il a déclaré : « Le lobby des producteurs de sel et du secteur agroalimentaire industriel est très actif. Il désinforme les professionnels de la santé et les médias ». Plus d'Infos
Aujourd'hui, le Comité des Salines de France et la Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l'Est le poursuivent en diffamation pour cette phrase.
Le cas de Pierre Meneton est un révélateur des difficultés rencontrées par des citoyens, salariés ou chercheurs qui lancent des alertes sanitaires ou environnementales (amiante, OGM, ondes éléctro-magnétiques, pesticides..
En France, la loi ne protége pas la liberté d'expression de ces lanceurs d'alerte qui exposent des faits graves à l'attention de la société civile et des pouvoirs publics. Sanctions ou menaces de poursuites judiciaires sont fréquentes, notamment face à des lobbies pour qui les intérêts financiers priment.
Le procès a lieu Jeudi 31 janvier prochain à 13h30 au Tribunal de Grande Instance de Paris.
Mobilisation sur place à la sortie du métro Cité, en face du TGI (île de la cité) à partir de 12h30. Soutenez P.Méneton