Une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement et de ses acteurs !

Publié le par Admin.

vache2.jpg

La crise du monde agricole met de plus en plus de paysans sur le bord du chemin :
- un paysan sur deux ne gagne pas le SMIC ;
- plus de 32 000 paysans « bénéficient » du Revenu de Solidarité Active.

Face à l'effondrement des revenus agricoles, la loi de Modernisation Agricole (LMA) et la future PAC pour 2013doivent permettre que soient fixés des prix minimums rémunérateurs pour les paysans. La mainmise des industries agro-alimentaires et de la grande distribution ruinent les paysans au même titre que la mise en compétition de toutes les agricultures du monde et entre pays européens.

La réforme de la politique agricole commune dans la nouvelle mandature du Parlement Européen doit réintroduire la souveraineté alimentaire, celle qui consiste à subvenir aux besoins alimentaires d'une population et à la survie du métier de paysan par la réhausse des revenus. De même, la qualité de la production agricole doit être défendue, la lutte contre le réchauffement climatique ne doit pas être perçue comme un obstacle au développement agricole.
D'autres pratiques sont possibles… et aussi du coté des consommateurs. Privilégiant la dimension locale et peu polluants, les approvisionnements de proximité type Amap ne doivent pas s'aligner sur l’application de normes d’hygiènes alimentaires conçues par les multinationales. C'est le sens de l'appel inter-organisations intitulé "Les consommateurs-citoyens défendent l’avenir des paysans en soutenant les circuits courts". C'était aussi au menu des journées d'été des Amis de la Conf' dans les Vosges : la biodiversité au service de la protection de tous les systèmes vivants. Bon été champêtre !

Edito des carottes libérées N°16 (William Elie)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :