Un été pour libérer les terres

Publié le par Admin.

Bouffe-world.jpgLes rendez-vous militants de l’été (Notre Dame des Landes-44 et Lézan-30) ont révélé la mobilisation populaire pour la préservation des terres nourricières contres les projets de développement du transport (aérien) et énergétique (huile et gaz de schiste).

74 000 hectares de terres agricoles disparaissent chaque année en France. Notre autonomie alimentaire est mise à mal par la spéculation foncière et les investissements privés. La rentrée scolaire est marquée par des décisions municipales qui remettent en cause l’accès aux cantines pour des enfants défavorisés. Aujourd’hui, la restauration collective est largement aux mains des multinationales (telles que Sodexho, Sogeres, Avenance…), rétablir un service public qui accueille les enfants de la crise est plus que d’actualité. De même, l’accessibilité aux produits sains et biologiques, issus de circuits courts doit trouver sa place dans ce débat démocratique à l’heure ou les sodas sont bannis et taxés au nom de la protection sanitaire de la population. Le droit à la terre et une agriculture nourricière aux mains des paysans nombreux sur le territoire doivent s’imposer dans la période de l’après-pétrole. C’est aussi le meilleur paravent contre l’accaparement des terres (45 millions d’ha ont été recensés comme 3ayant changé de main en 20093 par le Monde Diplomatique) et son corollaire, l’invasion des agrocarburants.

Le 16 octobre, la journée mondiale de l’alimentation (FAO) "Prix des denrées alimentaires - de la crise à la stabilité" met l’accent sur la lutte contre la faim : plus de ¾ des personnes sous-alimentées sont des paysans. Le forum pour la souveraineté alimentaire (Nyéléni Europe) et le jeune mouvement « Reclaim the fields » participent de cette revendication de droit à l’alimentation et d’accès au foncier… 

Edito des carottes libérées (W.Elie > plus d'infos voir la gazette à técharger sur site)