Joyeux Noël !

Publié le par Admin.

Salaires, heures supplémentaires, insécurité…, les conditions de travail dans les usines de jouets chinoises restent indécentes. Dans la quasi-indifférence des donneurs d’ordre.

Dans l’usine Hengtai, les ouvriers effectuent en moyenne 32 heures supplémentaires par semaine, alors que la loi chinoise les limite à 36 heures … par mois au maximum. Dans les villes de Shenzhen et de Guangzhou, où le salaire minimum est le plus élevé du pays, il n’est encore que de 1100 yuans (118 €) par mois (alors que pour subvenir aux besoins d’une famille, on estime que le salaire devrait être de 2000 yuans par personne). Les ouvriers sont exposés à diverses substances chimiques sans que le port de protections soit effectif. « Pour améliorer les conditions de travail en Chine, il faudrait surtout des syndicats libres, et un droit de manifestation et de négociation », rappelle Chris Chan, professeur à l’université de Hongkong. Pour interpeller les entreprises du jouet, Peuples solidaires met à disposition des cartes comportant des questions sur les conditions de fabrication. > Source Alternatives économiques

Plus d'Infos sur Peuples Solidaires