Circuits courts – souveraineté alimentaire à l’échelon local

Publié le par Admin.

En France, depuis les années 2000, les circuits courts de distribution de produits agricoles alimentaires augmentent à travers AMAPS, épiceries paysannes et boutiques de producteurs. Ces initiatives sont basées sur des contrats paysans-consommateurs.

La vitalité de ces circuits se caractérise par la recherche d’approvisionnement et d’échanges entre consommateurs et producteurs paysans. La demande et l’offre en produits s’élargissent alors (filières pain, viande, miel etc.).

Compte-Rendu d'un atelier aux Journées d'été des Amis de la Conf'

Lire la suite...


Les AMAPs se développent en s’appuyant sur la charte de l’Alliance Provence : un groupe de consommateurs et un paysan de proximité se réunissent autour d’un contrat. Dans ce contrat, chaque consommateur achète, en début de saison, une part de la production qui lui sera livrée périodiquement à un coût constant. Le producteur s’engage à les fournir dans le respect de la charte des AMAPs.

Parallèlement, des groupes de consomm’acteurs émergent, adoptant un fonctionnement distinct et se fournissant dans des régions proches. Les groupes Alterconsos de la région parisienne s’approvisionnent mensuellement auprès de producteurs constitués en GIE (Groupement d’Intérêt Économique). Ces groupes sont mutuellement engagés dans des pratiques de transparence.

Que ce soit en ville ou à la campagne, une diversité d’initiatives de consommation responsable apparaît dans l’espace associatif.

Ces actions collectives naissent d’une prise de conscience liée aux crises alimentaires (hormones de croissance, vache folle, dioxines...).

La demande enfle et l’offre de producteurs ne peut y répondre.


Mouvement dans le débat des questions agricoles et alimentaires.


Les conclusions de la FAO (mai 2007) rappellent que l’agriculture biologique contribue à la sécurité alimentaire et hydrique, qu'elle atténue les risques climatiques, protège la biodiversité, et renforce la suffisance alimentaire en sauvegardant l’activité paysanne.

L'axe Nord / Nord de solidarité avec le monde paysan de nos régions permet de défendre la qualité alimentaire en s’adressant au plus grand nombre : retrouver les valeurs des produits frais et entretenir la convivialité.

Face aux prévisions de changement climatique, de crise énergétique et du pétrole cher, nous ne pourrons plus faire voyager nos denrées alimentaires demain, cela implique de changer notre façon de consommer. Se nourrir localement en respectant les saisons, c’est permettre aux paysans des pays en voie de développement de produire leurs propres cultures vivrières pour vivre dignement.

Notre souveraineté alimentaire locale est aussi celle des pays du Sud, c’est le choix d’une agriculture durable qui profite à tous ici et là-bas.

Le rapprochement humain entre le monde rural et le monde urbain est vital, il participe de la défense de l’agriculture nourricière.


Propositions pour une consommation responsable.


L’éducation alimentaire dès le plus jeune âge doit être encouragée (cantines scolaire,…), se nourrir avec des produits de qualité, c’est préserver sa santé.

Il revient aussi de revendiquer ce mode de consommation pour tous (maisons de retraite, prisons,.. .).

Afin de favoriser d’autres pratiques de consommation, plusieurs pistes peuvent être mise en œuvre :

- Proposer des alternatives à la grande distribution qui écrase les producteurs avec les marges arrières

- Rendre accessible le foncier pour contribuer à l’installation de jeunes producteurs

- Soutenir les modes de productions alternatifs (agriculture biologique et agriculture paysanne).

Comment permettre aux paysans de nous nourrir en vivant décemment de leur métier et proposer à tous des produits de qualité ?


Nous voulons pour demain une agriculture qui défende la biodiversité et génère de l’emploi local.

Développer des circuits courts apporte une rémunération plus juste au producteur et l’accessibilité à tous de bons produits.

Dans une perspective d’extension de ces systèmes, la création d’emploi relocalise l’économie, participe à la reconquête de la souveraineté alimentaire à l’échelon local.


Isabelle Suzanne (Alterconsos) et William ELIE (Consom’Solidaire)

Mortagne Juillet 2008


http://lesamisdelaconf.org/

http://www.alterconsos.fr/

http://consom-solidaire.over-blog.com/

http://www.actionconsommation.org/


Publié dans Alimentation