Les éleveurs de porc pris dans la seringue

Publié le par Admin.

Depuis des mois, les éleveurs spécialisés produisent du porc charcutier à perte sous le double effet de la chute des cours et de la hausse du prix des aliments du bétail.

Ils se prénomment Charles, Olivier, Bruno et Jean-Marie. Quatre jeunes agriculteurs spécialisés dans l'élevage porcin. Ils ont succédé à leurs parents sur des élevages plutôt conséquents. Charles emploie deux salariés, nourrit 300 truies et livre à l'abattoir quelque 7 200 porcs charcutiers par an. Il est naisseur-engraisseur comme la plupart des éleveurs bretons. Sur une expoitation de 70 hectares, il produit du blé, de l'orge et du maïs, qu'il transforme en aliments pour les porcs. Mais cette production ne couvre que 25 % des besoins du bétail. Il achète donc des céréales à ses voisins et du soja d'importation. Or, toutes ces matières premières ont augmenté considérablement depuis l'été dernier. En 2007, les aliments porcins ont augmenté de 50 % (de 170 euros la tonne à 250 euros).

Envoyé spécial Landivisiau (Finistère) L'article de L'Huma

Publié dans Agriculture