Europe : les supermarchés abusent-ils de leur pouvoir ?

Publié le par Admin.

Source : NewsPress 03.03.08

tesco_southport_-07.jpg En trente ans, les supermarchés ont poussé partout en Europe, offrant un vaste choix de produits, des prix compétitifs et une praticité d'accès aux consommateurs ; à tel point que la grande distribution a peu à peu supplanté les petits commerces. Mais là n'est pas le seul effet de ce phénomène : dans une déclaration écrite, 439 députés européens se disent inquiets du potentiel abus de pouvoir des supermarchés et des conséquences sur les fournisseurs, les employés et au final, les consommateurs. 
Lire la suite... 

Carrefour (France), Metro (Allemagne), Tesco (Grande Bretagne) et Rewe (Allemagne) : voilà les noms des quatre plus grandes chaînes européennes de supermarchés, présentes dans toute l'Europe occidentale, centrale et de l'Est. En Allemagne, France, Irlande et Suède, 70% du marché de l'épicerie en 2005 était dominé par cinq grandes entreprises de distribution.

Une déclaration sur les abus de pouvoir des supermarchés

La domination du marché par les grands supermarchés inquiète : outre que les petits commerces sont les premiers à en faire les frais, certains soulignent l'impact négatif de ces chaînes sur les fournisseurs (fermiers, industriels etc.), l'environnement ou les consommateurs eux-mêmes. C'est le cas de 439 députés européens, signataires d'une déclaration écrite adoptée le 18 février dernier.

Dans cette déclaration, les députés européens soulignent que les supermarchés sont devenus le principal « point d'accès » des agriculteurs et autres fournisseurs aux consommateurs. Selon eux, cette situation de contrôle permet aux grandes chaînes de distribution d'« abuser de leur pouvoir d'achat pour contraindre les fournisseurs à baisser leurs prix jusqu'à des niveaux intenables », ce qui « entraîne des répercussions négatives tant sur la qualité de l'emploi que sur la protection de l'environnement ». Mais aussi sur le choix laissé au consommateur...

Effets négatifs sur l'environnement, l'emploi...

Les fournisseurs, tout d'abord, doivent subir une pression à la baisse sur les prix, qui les conduit à chercher à réduire leurs coûts de production. Résultat : les grandes exploitations agricoles remplacent les petites fermes, et le personnel local est remplacé par une main d'oeuvre à bas prix, souvent des migrants exploités.

Pour Caroline Lucas (Verts/ALE), ces fermes tout comme les grands supermarchés ont des conséquences environnementales néfastes : « Les supermarchés se basent sur des pratiques non durables pour entretenir leur commerce à grande échelle », explique-t-elle. « Ils dépendent des carburants fossiles pour transporter les marchandises, des fertilisants pour produire leurs produits agricoles et contribuent à produire des tonnes d'emballages ».

...et les consommateurs

Pourtant, les supermarchés continuent à s'accordent une marge importante sur les prix, comme le juge Janusz Wojciechowski, Vice-président de la Commission de l'agriculture et l'un des auteurs de la déclaration : « Il y a une réelle différence de prix entre ce qu'obtiennent les fournisseurs et ce que les consommateurs payent dans les magasins », explique-t-il.

Les prix au détail continuent donc d'être élevés, voire de grimper. Alors que le débat sur la hausse de certains produits bat son plein, en France notamment, il n'est pas inutile de rappeler qu'en