La pêche se convertit à la certification des filières "durables"

Publié le par Admin.

bato.jpgLà où la réglementation patine, le marché réussira-t-il ? Le monde de la pêche, confronté à la diminution des stocks de poisson, s'intéresse de plus en plus à la certification de filières dites "durables". En France, les premiers candidats devaient être connus mercredi 12 décembre. Plusieurs pêcheries, où des techniques non destructrices sont utilisées, sont sur les rangs : coquille Saint-Jacques de Normandie, langoustine du golfe de Gascogne ou sardine du Finistère.  Selon la FAO, 24 % des stocks de poisson sont surexploités ou épuisés, 50 % sont exploités à leur maximum et 25 % seulement le sont avec modération. Les consommateurs ne disposent pas de moyens de faire la distinction entre les catégories.Alors que les labels environnementaux sont nombreux et bien installés pour les produits agricoles et forestiers, un seul existe dans le secteur de la pêche. Il s'agit du Marine Stewarship Council (MSC), géré par une organisation non gouvernementale basée à Londres. 

Plus de poissons ?